Vu la gravité de la situation

Pour cette soirée, Claudia Gradinger propose, sous un même thème, « La foire de beauté », deux aspects de son travail. Conçue comme une sorte d’exposition vivante où seraient exhibés des rebuts humains, des corps d’occasions et quelques vieilleries : improbable rencontre, au milieu des déchets et des plumes, entre une dame née en 1926, un performeur-berrichon, une vieille militante, une artiste suisse… en un lieu où règne peut-être encore un peu d’humanité et par là, forcément, quelque désordre…

 

"Vu la gravité de la situation" dit le rapport que tout un chacun entretient avec ce poids physique ou psychique, corporel ou comportemental, que l'on charrie, que l'on transporte jusqu'à la mort, entre chute et légèreté… La performance confronte, de façon improvisée, en une joyeuse « foire », des « drôles de dames » retraitées, un musicien-performeur et une danseuse suisse allemande.

 

Chorégraphie Claudia GRADINGER

Performeur-musicien Michel THOUSEAU

Lumière Olivier BALAGNA 

Musique Ertha KITT

et quelques "drôles de dames"

jeudi 4 mai 2006 - PARIS (Centre culturel suisse)

 

deuxième partie : solo de Claudia Gradinger : « Aufgeräumtes Herz (Le cœur en ordre) ».

+ d'infos sur Claudia Gradinger : née à Zürich et installée depuis 13 ans à Paris, Claudia Gradinger a poursuivi un parcours de danseuse chorégraphe et de directrice de la compagnie Les Princes de Rien.